Édition numérique de la correspondance de Marcel Proust

Publiée entre 1970 et 1993 chez Plon, l’édition de la Correspondance de Marcel Proust par l’universitaire américain Philip Kolb n’est pas seulement un monument éditorial (21 volumes, environ 5300 lettres), c’est un instrument de travail incomparable qui soutient depuis des années le développement des études proustiennes dans tous les domaines.

Cependant, vingt-cinq ans après l’achèvement de cet ouvrage de référence, plusieurs centaines de nouvelles lettres de Proust (ou à Proust) sont déjà apparues dans des ventes publiques et des publications (revues, ouvrages) : l’édition imprimée ne peut les insérer ni les prendre en compte pour actualiser ou rectifier les données précédentes.

Face à un tel corpus en extension et redéfinition permanentes, l’édition numérique est la seule réponse réaliste :

– Elle permet d’intégrer au fil de l’eau les lettres inédites ou nouvellement publiées, et bien souvent, par ricochet, de modifier les datations et d’enrichir l’annotation des lettres déjà accessibles en ligne.

– Elle permet des recherches plus rapides, plus nombreuses et plus précises à travers un corpus balisé en fonction de critères de recherche multiples : dates, lieux, personnes, personnages, titres, citations, informations codicologiques…

– Elle constitue enfin un espace collaboratif de travail qui donne à l’ensemble de la communauté proustienne la possibilité de participer à l’effort éditorial.

Le projet, baptisé CORR-PROUST, repose sur l’union des forces de trois institutions réunies dans le Consortium « Proust 21 », l’Université Grenoble Alpes, l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign (qui abrite le Kolb-Proust Archive for Research) et l’Institut des textes et manuscrits modernes du CNRS.